Et si cette difficile première étape était le début d’un beau parcours à venir ?

CJB Bouguenais (- de 16 G) – Presqu’île HB (Guérande) : 31-29

Qu’elles sont dures ces maudites rentrées ! Qu’il s’agisse du sport ou du travail, vous connaissez tous ça : il faut retrouver le chemin de la reprise, les automatismes, le rythme et l’envie.

Après une 1ère phase dont ils sont sortis brillants leaders, voilà nos - de 16 dans une poule où le niveau de jeu doit logiquement monter d’un cran. Quand on ajoute l’absence de Milo blessé – bon rétablissement à lui ! – et cette atmosphère de dimanche 11 novembre après-midi de vrai automne pluvieux, on ajoute à leur dossier plusieurs circonstances atténuantes supplémentaires.

Car ils en ont besoin après ce match contre la presqu’île de Guérande ! Un goût de presque défaite.

La première 1/2 temps est l’occasion de se rendre compte que les adversaires sont bien plus difficiles à contrôler que ceux du début de l’année. La Presqu’île HB est une belle équipe.  Les bouguenaisiens subissent d’entrée de jeu leur domination. Ils parviennent difficilement à égaliser et à passer devant pendant quelques petites minutes. Mais à la mi-temps, nous voilà à 14-14.

La reprise laisse espérer une belle réaction : notre équipe accélère très nettement comme ils savent si bien le faire et met en place une défense haute à laquelle Guérande ne saura s’adapter. C’est ce qui va sauver le match.

Après un 1/4 d’heure, Bouguenais est récompensé de ses efforts par 2 buts d’avance (24-22) . Mais ça ne suffit pas à transformer cette rentrée difficile en démonstration. Les voilà qui lèvent le pied, qui lancent des contre-attaques stériles, qui ratent des immanquables. Nous revoilà comme en 1ère mi-temps temps ! Très logiquement, Guérande revient au score.

Heureusement, les dernières minutes sont orange. En défense et en attaque, nos joueurs s’accrochent pour finir par remporter un match qu’on les voyait perdre.

Le négatif, c’est que ce dimanche, la CJB a joué un jeu fantomatique en laissant son beau jeu dynamique au vestiaire. En les voyant jouer, impossible de les reconnaître – et toujours ce manque cruel d’un vrai gardien !

Le positif, c’est qu’elle a quand même su réagir pour faire ce qu’il fallait et éviter la défaite à domicile. C’est aussi que nos joueurs ont pu réaliser concrètement ce que leurs coachs leurs avaient dits : les victoire faciles de la première phases sont derrière. Il faut maintenant envisager cette longue 2e phase plus sérieusement et remettre en place ce beau jeu, rapide et brillant auquel ils nous ont habitués !

Parions que ce n’est que la 1ère étape d’un beau parcours ascensionnel qui ira vers du sensationnel !

Allez les garçons, remontrez-nous très vite le vrai visage de votre beau handball  !

RV